Une seconde paire d’yeux

26 01 2012

« La connaissance d’une langue étrangère équivaut à posséder une seconde paire d’yeux ou d’oreilles. Elle élargit nos horizons personnels et permet de mieux comprendre nos semblables. »

— Walter May, cité par Zygmunt Stoberski
(« The role of Translation in the Development of  the World Culture », dans Babel, vol. 18, no 4) et traduit par Jean Delisle dans La traduction raisonnée, 2e édition, Presses de l’Université d’Ottawa, 2003.


Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :