Du bon usage des abréviations

19 02 2011

Si une appellation apparaît une seule fois dans un document, il est inutile d’indiquer une abréviation entre parenthèses. Vous faites alors de la pollution visuelle, c’est-à-dire que vous n’apportez aucune précision d’intérêt et que vous gaspillez en plus l’espace — déjà qu’on reproche au français d’être plus long que l’anglais! Ne le faisons pas exprès…

Une exception à cette règle : les organismes qu’on connaît surtout par leur nom abrégé. Des exemples? Le CRTC, la SAQ, la NASA, etc. Dans ces cas, on pourrait d’ailleurs choisir de donner l’abréviation en premier, suivie de la forme complète entre parenthèses.


Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :