Franglais fédéral

25 11 2010

Les phrases qui suivent sont sorties de la bouche de fonctionnaires francophones. Je les ai cueillies à la volée pendant un atelier sur la supervision. Elles illustrent bien les difficultés causées par la cohabitation des langues, en particulier la cohabitation avec une langue au pouvoir d’attraction aussi fort que l’anglais…

Trouvez l’erreur :

  • Tu travailles dans une shop de IT.
  • Peu importe le ministère, si t’es out West, tu dois appliquer la stratégie d’embauche autochtone.
  • Nous avons besoin de dix stations de travail.
  • Madame X est spécialiste en procurement.

Corrigé :

  • Tu travailles dans un service informatique.
  • Peu importe le ministère, dans l’Ouest, tu dois appliquer la stratégie d’embauche autochtone.
  • Nous avons besoin de dix postes de travail.
  • Madame X est spécialiste en approvisionnement.

Bien sûr, quand on travaille surtout en anglais, on ne connaît pas nécessairement la traduction de termes techniques comme procurement. Dans son plus récent rapport, le commissaire aux langues officielles constate d’ailleurs que « la vision d’une fonction publique où le français et l’anglais jouissent d’un statut pleinement égal comme langues de travail demeure inachevée »*. Certes, « de nombreux employés [et de nombreuses employées] en situation minoritaire déplorent ne pas avoir la possibilité d’employer la langue officielle de leur choix lorsqu’ils rédigent un texte, comme un courriel ou un rapport »*; néanmoins, chacune et chacun a aussi une responsabilité individuelle, doit résister à la tentation de recourir automatiquement à l’anglais parce que « c’est plus simple ». Parfois, cela veut dire faire l’effort nécessaire pour trouver comment nommer en français les concepts et outils propres à notre domaine.

En plus d’être un grand cruciverbiste et un champion du Scrabble, mon grand-père Wilbrod possédait une connaissance impressionnante de l’histoire. On l’avait pourtant retiré de l’école avant qu’il ne termine son primaire. Mais cet homme avait une insatiable curiosité intellectuelle, et il se faisait une fierté de toujours trouver le mot juste.

Les outils ne manquent pas pour les curieuses et curieux en quête du mot juste.

* * *

* Commissaire aux langues officielles. Au-delà des obligations – Rapport annuel 2009-2010, vol. II, Ottawa, 2010.

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :