La langue bastarachienne

30 09 2010

Difficile d’ignorer ce qui se brasse sur la scène politique québécoise par les temps qui courent! Sur les ondes radio-canadiennes, le journal du matin énumère en long et en large les dernières inconduites mises au jour par la Commission Bastarache, mais effleure à peine le sujet des élections imminentes dans ma ville (la capitale du ROC).

Sur son blogue, le journaliste Antoine Robitaille décortique la langue bastarachienne : ses tics, ses tabous, ses anglicismes, etc. Aussi fascinant qu’atterrant…

Avez-vous supputé le potentiel dérivatif du nom Bastarache? Dans la bouche de l’humoriste Marc Labrèche, il devient même verbe! Je vous laisse sur un court extrait du délicieux poème que celui-ci a lu aux Gémeaux 2010 (poème qu’on peut écouter ici en entier) :

« Tu me parles d’un pays à construire;
Tu me parles d’un Québec à définir et à chérir.
Ai-je bien entendu, ai-je bien ouïr?
Tu voudrais que je prenne les armes et que je marche,
Que je fasse le brave et que  je me bastarache? »


Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :