À bas les singeries!

27 08 2010

On emprunte parfois des métaphores du domaine militaire pour décrire les dangers que représente « la horde des anglicismes » pour la langue française au Canada. Jean Delisle écrivait à ce sujet: 

Les mots anglais apparaissent comme des envahisseurs, des intrus qu’il faut pourchasser sans relâche et bouter hors des frontières. Cette xénophobie lexicale fait en sorte que bien peu de mots anglais réussissent à être naturalisés sous leur forme originale en français au Canada, alors que les francophones d’Europe, eux, pour des raisons qu’il n’y a pas lieu d’exposer ici, sont beaucoup plus accueillants envers les mots étrangers.*

Certes, on a raison de promouvoir l’utilisation des « courriel », « clavardage » et « balado » (au lieu de mail, chat et podcast). Les emprunts sont toutefois loin d’être les pires dangers menaçant la langue. Les pires dangers sont ceux qu’on ne soupçonne pas, comme les calques syntaxiques, les manques d’étoffement, la surtraduction, le mimétisme, etc.

Je cède encore une fois la parole à Jean Delisle :

La surtraduction donne lieu à de nombreux équivalents appartenant à la langue de traduction, cette langue hybride, composite, qui n’est ni française ni anglaise.*

En langue de traduction fédérale, on écrit « travailler en collaboration avec » (au lieu de « collaborer avec »), les « systèmes canadiens » (au lieu de « structures canadiennes »), les  « membres du Parlement » (au lieu des « députées et députés»), « la troisième plus grande ville au pays » (au lieu de « la troisième ville au pays »), etc.

La bonne traductrice respecte la démarche propre à la langue d’arrivée. Bien sûr :

Pour y arriver, il […] faut procéder à des réagencements parfois assez radicaux afin de préserver la richesse idiomatique et la langue d’arrivée, sa façon originale de décrire la réalité.*

La traductrice paresseuse, elle, celle qui singe l’anglais, contribue à ce que M. Delisle nomme « l’usure de la langue ».

* * *

* DELISLE, Jean. « Les anglicismes insidieux », dans L’Actualité langagière, vol. 31, numéro 3, 1998 [en ligne]. 

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :