Étude de cas : une évaluation cacophonique

2 07 2010

« La période couverte par cette évaluation est marquée par une transition qui a apporté des changements importants au programme. »

La phrase ci-dessus provient d’une traduction. Si vous le voulez-bien, regardons-la de plus près pour déterminer quels maux la rongent et, si possible, offrir un remède.

1. Voix passive

Le français recourt plus spontanément à la voix active qu’à la voix passive en raison de « sa tendance à faire intervenir un sujet pensant dans la représentation des événements et de leur cadre »*. Par ailleurs, s’il est vrai que le style administratif montre un fort penchant pour le passif, c’est en général à cause de l’influence de l’anglais qu’il émaille tant de traductions.

2. Animisme

L’animisme se définit comme le fait de prêter à des objets inanimés le comportement de personnes. Le style administrative y recourt souvent pour éviter le passif, mais il ne faut pas en abuser. Ce sont les gestionnaires qui ont apporté les changements. La transition, qui n’est rien qu’un état, « une manière d’être » (Petit Robert), est bien incapable d’action!

3. Cacophonie

Ce qui saute d’abord aux yeux, c’est la répétition du mot « par ». Le problème est cependant bien plus grave. Relisez. À voix haute. Vous entendez la pétarade de « p »?  La sage Irène de Buisseret écrivait à ce sujet :

« Je m’adresse à des gens pratiques, des gens qui veulent des résultats concrets. Et je leur affirme sans hésiter que l’euphonie, la beauté d’un texte sont des instruments utiles, indispensables même à la compréhension. Si vous voulez « communiquer », vous serez bien mieux entendus, et incomparablement plus vite, si votre communication est revêtue d’une forme agréable. »**

Le remède :
Cette évaluation couvre une période de transition, durant laquelle on a apporté d’importants changements au programme.

Ce n’est sûrement pas le seul remède envisageable, alors n’hésitez pas à déposer ici vos suggestions.

* * *

* Bureau des traductions. Vade-mecum linguistique, éd. revue et corrigée, Ottawa, ministre des Approvisionnements et Services, 1987.
** DE BUISSERET, Irène. Deux langues, six idiomes, Ottawa, Carlton-Green Publishing, 1975.

Actions

Information

2 responses

4 09 2013
Jean Tremblay

Vous avez écrit « voie passive », mais il faut plutôt écrire « voix passive ».

4 09 2013
Marie-Josée Martin

Merci! Je corrige illico…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :